jeudi 17 juin 2010

Grimoire NieR : Artbook review

L'an dernier, une amie -la même qui a inventé l'expression "poutrer du zombie tout en restant féminine" dans la pré-bande-annonce du documentaire Suck My Geek- m'a pointé du doigt la vidéo d'un jeu qu'elle attendait avec impatience entre le futur Castlevania supervisé par Hideo Kojima et God of war 3. Ma réponse à l'époque : "Qu'est-ce que c'est que ce truc ? c'est moche !".
En y repensant, je me foutrais des baffes. Des grosses, qui marquent.



Vu le titre du présent articles, ce jeu, c'est bien évidemment, NieR de Square Enix, et j'ai eut la chance par un heureux concours de circonstances de me jeter à corps perdu dedans à quelques semaines de sa sortie. Quelques détails ici et là faisaient état d'un third perso shooter dont les ennemis vous attaquent avec des paterns de shoot'em up, quelques reviews passionnées à contre courant des vrais sites reconnus, l'attendu baisse de prix sur Amazon.co.uk (19€ au lieu des 70€ qu'on trouve en France) et me voici plongé à corps perdu dans cette œuvre. Car il s'agit bien d'une œuvre, passionnante, à la musique fabuleuse, et aux différents niveaux d'intrigues boostés par un new game + qui prolonge l'expérience et apporte un nouvel éclairage sur l'aventure.
Et puis visuellement, soyons honnêtes : après y avoir tâté, force est de reconnaitre que le jeu n'est pas moche : disons plutôt que ses décors sont vides, comme ceux d'un Ico ou d'un Shadow of the colossus avec lesquels il partage d'ailleurs sa gestion de la lumière et une partie de son ambiance. Si NieR n'atteint tout de même pas le niveau de sublime des œuvres chapeautées par Fumito Ueda (la faute en partie à un aliasing certain), le fait que NieR y fasse plus que fortement penser devrait pousser quiconque ayant un peu de jugeote à le considérer sérieusement. Rajoutons à cela le fait que chaque niveau rend hommage à un grand pilier de la culture otake (Evangelion ici, Zelda là, en passant par les jeux d'aventure à texte, les shmeup et autres réjouissances).



Tout cela pour dire que dès le début de la quarantaine d'heures de jeu que m'a offert NieR (moi qui trouve qu'un TPS se doit de tourner autour de 10-15 heures), je suis tombé amoureux de ce jeu, de sa musique (encore une fois), et de sa direction artistique (digne d'une PS2 diront les mauvaises langues. Allez retourner jouer à FF13 les p'tis gars). Forcément, quand j'ai entendu qu'un livre mi-guide mi-artbook reprenait ses artworks, je me suis empressé de mettre la main dessus (merci Yesasia, qui, quand ils ne proposent pas un bouquin, peuvent tout de même voir si un de leurs fournisseurs de l'a pas dans un coin de catalogue. Et miracle, ce fut le cas).


GRIMOIRE NieR est le nom de ce livre.
Acheter un artbook à l'autre bout du monde, c'est un peu le coup de poker quand on ne peut pas voir ce qu'il contient. Fort heureusement, et comme sur le jeu, j'ai bien fait de parier sur ce bouquin. Pour environ 25€ (ne croyez pas les gars sur Ebay qui le vendent aussi cher que le jeu en grande surface), on trouve 224 pages emplies de texte (forcément) mais aussi de magnifiques images, qu'il s'agisse de croquis de concept arts, de screenshots ou d'illustrations diverses. A noter que le bouquin couvre les deux versions du jeu, à savoir NieR Gestalt (seule version dispo en occident) et NieR Replicant, uniquement dispo sur PS3 au Japon. La seule particularité majeure de cette dernière réside dans le fait qu'un jeune garçon remplace le héros de la version occidentale, un père qui cherche à sauver sa fille d'un mal étrange. Dans Replicant, c'est son frère qui se charge de cette tâche, donnant au jeu une tonalité plus shonen. 

Pour revenir à nos moutons, voici le rundown de la bête (la première page de chaque section est entre parenthèses car il s'agit d'une page de garde):

(006)-016 : pages d'illustrations promotionnelles.
10 pages d'illustrations, certaines dessinées, d'autres en CG.



(017)-040 : character guide
Chaque personnage à droit à se présentation avec une illustration faite main (mis à part le roi de Facade et Grimoire Noir qui n'ont que des CG), quelques screenshots et du texte décrivant ses caractéristiques (sexe, taille, age...), son background, ses particularités et sa relation avec le héros.



(041)-078 : story guide
Abondamment  illustrée (majoritairement par des CG mais aussi par quelques illustrations), cette partie reprend tous les chapitre de l'histoire, détaillant même les quatre fin possibles.



(079)-152 : game guide
La partie technique/statistique du livre. Tous les chiffres, toutes les maps, tous les recoins du jeu y sont explorés dans le moindre détail : le nom de chaque endroit, les point de vie et de résistance des boss, où trouver tel item, the works.



(153)-190 : concept design
Sans doute une des plus intéressantes du bouquin pour qui aime les beaux dessins puisque la première partie de cette section dévoile sur une dizaine de pages les dessins qui ont servi à l'élaboration des modèles 3D de certains persos, ainsi que les concepts arts initiaux avant que la direction artistique ne s'arrête sur les looks définitifs.


Une seconde partie (4 pages) revient sur le schéma des évènements se déroulant dans le jeu (une sorte de chronologie). La troisième partie se penche sur les armes de NieR (design et histoire des 34 armes disponibles)avant qu'une quatrième et dernière partie ne s'attarde sur quelques back-stories, celle d'Emile, les lettres reçues durant le jeu, et une interview des producteurs illustrée par les costumes alternatifs (en eptit, mais ils sont là) à débloquer dans le DLC.


(192)-224 : Short stories : the secrets
Cette dernière partie (principalement du texte) condense un petite variété d'histoires. Ne parlant pas le japonais couramment (loin de là, malheureusement), je ne pourrais vous dire s'il s'agit des textes disponibles dans le jeu ou d'autres backstories créées pour l'occasion (vu la mise en forme, je pencherais cependant pour cette dernière option).

En résumé,un beau bouquin qui vaut vraiment son pesant de cacahuètes (surtout vu son prix, 1900¥ soit 17€, comptez généralement un peu moins du double pour les commissions et les frais de port). Indispensable pour tout fan du jeu amateurs de beaux bouquins, ne rechignant pas à avoir dans leur étagères de magnifiques illustrations, même garnies de texte indéchiffrable (et si vous parlez japonais, il n'y a aucune hésitation à avoir). Quand à ceux qui ont une âme d'artiste et n'ont pas encore essayé le jeu, vous attendez quoi ?

Dimensions : 25.8 x 18.4 pour 224 pages, soit un peu plus que l'épaisseur d'un bon manga.
Dispo sur commande sur amazon.co.jp et de façon plus comprehensible pour les gaïjins sur le site  de Yesasia.

2 commentaires:

Shiilia / Cristina a dit…

bonjour !!!
je suis aussi une grande fan de ce jeu(rien a taper que ce soit un jeu de ps2 vite sorti sur ps3, un jeu ne se juge pas a son design, surtout qu'il est très beau, superbe musique, superbe histoire, supberbes lieux...)

J'aimerais aussi acheter l'artbook mais j'ai du mal a le trouver :/ tu aurais un conseil pour moi stp :)

Bradaviel a dit…

Bonjour et désolé de répondre si tard !!

Le lien vers la page amazon.co.jp posté en fin de post pour cet artbook est toujours valide. Le livre est toujours dispo pour 1995Yen + frais de port.
Sinon, il se trouve encore sur ebay ;)