jeudi 23 novembre 2006

Battlestar Malactica

Avec un "M" comme mortel. C'est plus radical qu'un "G" comme génial, mais j'avoue, je confesse, ca bousille le nom de la serie :D

Juste un pti coucou pour dire que je suis toujours vivant :)
Toujours débordé de taf, toujours broke. J'en profite pour vous dire de regarder si vous en avez l'occasion, "An inconvenient truth" ainsi que "Who killed the electric car", deux docs US trés interressants, l'un sur l'environnement, l'autre sur ... l'environnement à travers l'histoire de la voiture electrique que vous êtes pas prés de conduire à cause des monsieur qui se font des thunes grace au pétrole. En plus, au profit d'un modèle de voiture à hydrogène qui fonctionne pas encore ( alors que la voiture electrique etait deja commercialisée et demandée ), qui coute la peau des fesses à develloper, 3 fois plus a entretenir, et 10 fois plus à alimenter, sans être specialment pas polluante. Merci monsieur W, encore une fois. En esperant que dans 2 ans tu ailles pleurer chez ta mère.

Et puis donc pour justifier le titre, je me refait la saison 2 de Galactica en bossant, histoire de faire les resumés pour Annuseries, et ca reste definitivement une des 5 meilleures series du monde me concernant. Et donc à l'attention de ceux qui ont pas encore commencé à la regarder et pour citer notre bon roi Arthur : " Sortez-vous les doigts du cuuuuuuuuuul !" ^__^


jeudi 26 octobre 2006

CHARLIE JADE DVDS

Bon, Ok ca fait longtemps que j'ai rien mis sur ce blog.
l s'est passé beaucoup de choses depuis la dernières fois, de bonnes choses mostly, et en ce moment je suis trés busy. Ca n’empêche que quand une nouvelle de ce genre arrive, ça fait plaisir !

Déjà l'annonce en elle même et en VO, c'est par ICI



Et puis si vous avez la possibilité de checker IAMX, le projet solo du chanteur des sneaker pimps depuis le départ de Kelly/i Dayton/Ali ( qui fait de tres jolies choses de son coté ), bah vous serez pas déçus si vous aimez l'eletro un peu goth ( je recommande plus particulièrement le track the alternative, qui baboule pas mal !)

mardi 8 août 2006

IVRY MAGIC MINUTE

AOUT 2006

Le pont qui permet aux vehicules modernes et aux pietons de passer au dessus du RER et accessoirement d'aller faire ses courses en voiture au Carrouf sans faire de grand détours quand on habite au centre ville, est en pleine reconstruction. Et moi depuis tout petit, j'adore aller me balader dans les chantiers quand tout le monde est parti. J'imagine des trucs. Cadeau bonus, le chantier donne accés à une partie du nouveau parc D'Ivry sur Seine qui n'est pas encore ouvert au publique.
Pratique pour être peinard, pratique aussi pour profiter de la magic minute si chère à Mr Terrence Malick et a tout amateur de belles choses.

Et donc voila, un pti album ^__^

( oui, il faut cliquer la photo, pardon ^__^ )

Et puis si vous voulez être dans une bonne ambiance, regardez les en écoutant la reprise que NONPOINT de "IN THE AIR TONIGHT" que Michael Mann a utilisé en generique de fin de Miami Vice.
( le lien en cliquant sur NONPOINT, donc ^__^ )

mercredi 26 juillet 2006

Mind of Miami Vice

Il est de ces réalisateurs qui ne déçoivent jamais.
De part leur sensibilité, de part l'intérêt que suscitent leurs projets, de part la quasi perfection du résultat.

Et a n'en pas douter, Michael Mann est de ceux la.
Qu'il s'agisse d'installer une ambiance, une pression, de poser et de peindre des personnages au couteau, pas de doute possible. Pas d'ambiguïté. Pas de "peut-être qu'il a voulu dure que ..."
Non. Tout est clair, précis, définitif.
Peignant une réalité traumatisante comme on n'aime ne la côtoyer que dans la sécurité d'une salle obscure, le sieur nous prend par les tripes dès le début par une introduction à la fois sèche, immersive et traumatisante. Pas de fioritures, mais des effets de style a la fois beaux et démonstratifs, car furtifs et pourtant réfléchis. Un cinéma de l'instant comme en témoigne encore une fois après le fabuleux COLATERAL, sa volonté de capter en HD des détails, des éclairs, des nuances si ponctuelles qu'ils faut une attention de tous les instants pour les saisir.
Que la nature nous les fournisse ou que les acteurs s'en chargent, Michael Mann et son équipe nous les retranscrivent au moyen d'une œuvre qui, même si elle est légèrement moins profonde que d'habitude, reste tout de fois un énorme pylône de 'concrete' bien visible au milieu d'une autoroute à une voie.
Inévitable.



Dans un tout autre registre, certains me diront qu'il était temps que je découvre cet artiste qui semble si insensible, si raciste, si putassier, au premier abord alors qu'avec un tout pti peu d'intelligence on réalise des les premières vannes qu'il représente un digne étendard de tout le contraire !
Juste, drôle, décomplexé et pointant de son doigt de beaner avec une justesse improbable de vrais problèmes que la société d'aujourd'hui occulte par mauvais sens dégénérescent, CARLOS MENCIA est un artiste, un vrai, comme on en croise rarement avec une langue aussi bien pendue. Une espèce de fausse réincarnation de Coluche chez les américains, un hommage hispanique à Denis Leary. Vraiment un gars à découvrir pour ceux qui ne sont pas trop Dee dee dee !
Pour info, la seconde saison de son "mind of Mencia", sa stand up série sur Comedy Central, en est a sa seconde saison et plusieurs de ses spectacles sont déjà disponibles ne DVD, de même que la première saison de la chose :)

Pour vous faire plaisir, cadeau, une petite demi heure pour vous mettre en condition ( désolé, once again, c'est de l'anglais sans sous titres, mais vous commencez à le savoir qu'il faut apprendre l'anglais ! ) :


Pour la musique, je ne saurais trop vous conseiller d'aller jeter une petite oreille attentive sur la page du nouveau groupe de Chris Hall, ex chanteur des regrétés Stabbing Westward. Kick ass shit !!



To see you next time !

mercredi 5 juillet 2006

Sneaky pictures

Continuant dans ma lancée de profiter des évènements ....


Ce soir, je me préparais a tester une recette d'ailes de poulet frit (que j'ai réussie, merci beaucoup :) ), quand j'entends de par la fenêtre : "VIVE LA FRANCE" d'une voix fluette.

Et la d'un coup, je pense "bah oué, vive la France évidement ! C'est un peu le boxon, mais globalement on est ici plus emmerdé par des gens qui cherchent à donner le plus de libertés possibles que par ceux qui veulent les reprendre. A chercher quelque chose d'équitable pour tout le monde, même s'ils savent pas comment et sont pas assez intelligent pour en avoir une idée. Mais globalement, dans les intentions, oué, vive la France."

Et la je me rappelle que ce soir c'est le match France-Portugal. Au lieu de m'enfoncer dans mon habituelle opinion anti-foot, jme dit "Ouah ca serait quand même cool si les joueurs (que je considère -à tord ou a raison, la n'est pas la question- jouer que pour les thunes et le ballon rond quelque part ), si les joueurs étaient les portes paroles de ces valeurs la. Et quelque part c'est ce qu'ils font, avec ces valeurs sportives. Même si ça fait bien longtemps que la triste réalité de ce sport s'étale un peu partout. Les supporters eux, y croient. L'équipe de France, c'est LA France toute plus ou moins entière qui se bat à l'étranger.

Et je me retrouve comme un clochard à regarder le match. A vouloir gueuler comme un creuvard au penalty transformé pour être à l'unisson de tout le quartier. A commenter certaines actions dans la fougue du combat. A admirer les tableaux furtifs qui flashent parfois sous mes yeux, du partenaire complice à l'adversaire qui crie sa rage et son désespoir.

Et vient le frisson des dernières minutes.

Et vient la libération du sifflet.
Et vient la liesse qui l'accompagne, tant dans le poste qu'à l'extérieur.

Et moi de me dire qu'il serait dommage de ne pas profiter un peu de l'occasion.
Et j'ai vu.

J'ai vu le premier pub de ma tournée où les gens en liesse, parfois en pleurs, toujours bon enfant, arrêtent les voitures a coups de drapeaux et a corps défendants en leur demandant comme droit de passage un bon gros coup de klaxon, de la 2 places au gros bus de tourisme.

J'ai vu un petit arabe de 15 ans tout fier de faire se retourner les gens en gueulant à qui voulait bien l'entendre "Nique la France !"

J'ai vu des touristes russes halluciner de voir les risques pris par certains passagers de voiture pour simplement porter la bannière tricolore à bout de bras le plus haut possible tout en conduisant.

J'ai vu un père et son gamin dont la noirceur de la peau n'a d'égale que la gentillesse et la grandeur du sourire -salut jeune homme-, s'isoler dans un coin de parc pour allumer de timides feux d'artifices et à la fois ne pas succomber à la mauvaise influence des mouvements de masse tout en profitant de ces moments de privilège -un homme et son fils- si particuliers.

J'ai vu des nanas gueuler si fort "on est en finale !!" que j'en ai vu d'autres plus tard s'énerver de s'en être grillé la voix.

J'ai vu le bar de l'Europe devenir le bar du monde, avec ses quelque jeunes ayant sais leurs djembe et les faire chauffer frénétiquement au rythme des danses de belles demoiselles issues de contrées presque illusoires. Le tout soutenu par une foule anormalement grande, se logeant partout ou il était possible de le faire, des bords de fenêtre aux toits des boites de transfo.

J'ai vu de calmes jeunes devenir une bande fous excités dés qu'un ami passait en voiture et jouait du klaxon. J'en ai vu d'autres crier a qui voulait l'entendre " Ah y z'ont tous ouvert leur gueules avant hein ?! Mais voila, on est en FINALE !!!"

J'ai vu le centre ville avec son cortège de badauds voulant, sans savoir comment, faire partie de l'évènement. Des vieux promenant leurs chiens aux bandes de mères et filles d'immigrés souriant au spectacle, sans oublier les pariahs culturels avec leur dreadlocks, leur multiples couches de t-shirts et leurs jupes trop grandes. Tous regardaient avec plaisir ou étonnement ce qui de loin ressemblait à l'improbable rassemblement de clans rivaux mythiques. Des hooligans skinhead torses nus dansant avec des tribus d'Afrique noir en vélo. Dans le même élan, sous les pétards et le drapeau national.

Bizarrement, hormis les jeunes habitué(e)s des établissements à bière, je n'ai pas vu d'"hommes blancs" (et de pseudos hooligans). Pas de pieds tendres. Au pire quelques jeunes mères tenant leurs bébés, curieuses ou craintives vu la jeunesse de leur progéniture, de descendre dans la rue, passaient la tête par la fenêtre.

J'ai vu tout ça et bien plus encore et je me suis dit deux choses.
la première, il faut pas rater la finale.
La seconde : j'aurais du prendre mon appareil photo :D

lundi 26 juin 2006

Building with the confort of life's experiences

Nuit.
Un énorme terrain vague qu'on croirait presque à l'abandon si ce n'est d’énormes rails s'élançant vers l'horizon, accompagnés de monticules et de crevasses parallèles suggérant déjà le béton qui recouvrira cette future autoroute.
Aux alentours, la forêt, qui profite de ces derniers mois de répit avant le cortège journaliers de bruit et de gaz d'échappement, nous offre un ciel divin, immense, à la fois rassurant et imposant, nous rappelant l'immensité de l'espace de jeu qui nous est offert. On pourrait se croire petit et insignifiant, mais on se sent puissant et avide.

En haut d'un talus, j'admire l'infini. Le ciel relativement couvert et la lune absente nous offrent une lumière bien particulière, emplie de nuances et de surréalisme. Les deux chers amis qui m'ont accompagnés jusqu'ici, tout deux vêtus de tonalités chargées se détachent du décor éthéré comme si ils étaient les seuls choses réelles dans mon champ de vision. On se croirait seuls sur terre face à la nature, alors qu'à quelques centaines de mètres à peine une chaleureuse et agitée fête de mariage que nous ne tarderons pas à rejoindre est sur le point d'être assaillie par des super héros d'un autre age. Un weekend inoubliable.
--


L'obscurité empli la salle. Soudain des étoiles apparaissent, accompagnées dans leur danse d'une mélodie familière, dont les origines nous transportent vers une enfance maintenant étrangement lointaine. On traverse des galaxies, on assiste a des explosion stellaires. Et peu important si les effets sont cheap et que le métrage qui va suivre est une légère déception, rien que ce souffle d'introduction valait le déplacement. Supermec reste une valeur sure.
--



Les basses emplissent la salle, emplie de monde comme rarement. J'entrapercois quelques personnes équipées de boules Quiès, mais j'ai fait mon choix. Il est hors de question que j’atténue la finesse des aigus malgré la puissance térrassante du son qui me cloue presque au sol, et à cause duquel mes oreilles paieront un lourd tribu pendant les jours qui suivront. Chaque saut, chaque pas, chaque coup de coude est fonction de cette ensorcelante musique. Compressé, tiré, poussé, assailli de toutes parts, moi-même je pousse, latéralement et verticalement. Je fais partie de cette marée humaine qui s'est rassemblée pour célébrer TOOL, agressive mais bon enfant. Malgré les avertissements et l'hypnotisme, nombreux sont ceux qui fument ou passent leur temps à regarder la chose à travers leur cyclope électronique pour immortaliser ce qu'ils devraient vivre. La performance s'en ressent quelque peu, mais la puissance et la justesse des compos font tout de même vibrer la salle comble. L'air frais se raréfie et au bout de presque une heure, je me trouve face a un choix cornélien. Profiter à fond et succomber et temporairement m'enfuir pour garder ma conscience et revenir de plus belle. Le genre de choix qui me font aimer la vie.
--



On gère pas toujours bien cette vie qui est la notre, surtout quand d'autres personnes sont concernées. On aime, on blesse, on interprète, souvent mal, les intentions de l'autre et même parfois les notres, mais on passe finalement son temps à se construire. Le fun de la chose c'est justement de générer ces ptis moments extraordinaires que personne d'autre ne vit. Je dis personne d'autre parce que personne ne peut les vivre pour nous. Et parfois même personne ne pense a profiter de ces occasions que l'on rate si on n'y fait pas attention. Ces petites parenthèses, ces bouffées d'air frais qui cassent le mainstream. Ces chapitres parenthèses qui donne à la fois le sel et la particularité d'une vie par rapport a une autre.

Générez les. Apprenez à les voir ou à les redécouvrir. Et si vous les vivez, rappelez vous de les apprécier. Ainsi la vie redeviendra une expérience de chaque instant et non un interminable chemin balisé.

Cheers !

lundi 15 mai 2006

Echoing the past

Quel emmerdement de vivre dans un monde auquel on est pas adapté.
Quel emmerdement d'avoir un sens moral qui empêche de faire un maximum de conneries, surtout quand tant de films et d’œuvres musicales témoignent du fait que vivre c'est faire des conneries, les regretter et en avoir la nostalgie. Vivre. Dehors, avec des gens.

Au lieu de ça, on regarde de loin de peur de blesser les autres. De peur d'essayer des choses qu'on sait déjà perdues d'avances, des choses qu'on sait sans issues, si ce n'est des issues catastrophiques et ce même si on en rêve souvent et que ces rêves ne nous quittent parfois pas d'une nuit à l'autre. Et puis les occasions qu'on évite deviennent des occasions perdues. On se console en disant qu'on a plus l'opportunité de faire des conneries qui blesseront du monde, mais quelque part l'ile flottant dans les nuages perd encore une autre motte de terre.

Je devrais haïr ces gens qui ne font pas attention. Qui vivent. Qui ne se préoccupent pas tant. Mais haïr un idéal, tout imparfait est-il, c'est idiot même s'il est irréalisable.

Alors on essaye de rationaliser comme d'habitude. On se fait des ptis films où on contrôle les évènements. Où tout le monde à l’extérieur est content, heureux. On espère qu'au moins "ils" le soient, et on se dit qu'au moins c'est déjà ça. Des fois ça passe. Et des fois on regarde son cutter et on réalise. "Shit, i'm bleeding out again".

Old habits die hard.

Il reste au moins ca : TOOL c'est toujours aussi bien, ca fait un bon soundtrack à tout ça.

samedi 8 avril 2006

Tribute - JARED LETO

Aller, un nouveau post qui commence par "des fois".

Des fois, donc, on remarque un artiste. Et des fois il vient tellement de nulle part, et il flash tellement de partout que c'est limite s'il me tape sur le système. Et pourtant le monsieur a tout pour plaire : il joue dans the thin red line, fight club, requiem for a dream, girl interrupted ... j'en passe et des meilleurs, comme Panic Room et Alexander. J'avoue que le fait qu'il soit beau gosse et qu'il ait joué avec deux de mes actrices preferées ( miss Connelly et miss Blair ) m'avait un pti peu rendu jaloux ( voire sans doute plus qu'un petit peu), mais pas de quoi ne pas acheter les dvds des films correspondants ( Requiem for a dream et Highway pour ceux qui dorment ).

Bon, il a récemment joué dans Lord of War, et j'avoue que le revoir m'a fait bien plaisir. Ça m'a permis de réaliser à quel point finalement, j'avais du respect pour le monsieur.

Mais alors là, j'avoue qu'aujourd'hui il m'a bien calmé :
Toujours à la recherche de groupes que je connais pas et qui pourraient me plaire, je suis tombé cette semaine sur un groupe qui en est a son second album : 30 seconds to mars. Et plus j'écoute et plus ca me plait.

Comme à mon habitude, je me renseigne pour acheter les disques ( et je les achète bien évidement ) et vous imaginez bien que je vous parle pas de tout ça pour rien, je découvre assez halluciné que le frontman du groupe est monsieur Leto en personne.

Une petite petite vidéo sur Youtube pour en plus apprendre qu'en plus le gars pense que télécharger sur le net pour découvrir y'a rien de mieux et que les fans sont assez intelligents pour ensuite acheter ce qui leur plait. Un gars en phase avec son temps, donc, au contraire de ceux qui ont comme d'habitude 20 ans de retard mais qu'on ne citera pas tellement c'est évident.

Alors découvrez vite 30 SECONDS TO MARS.
_Link added
_la première vidéo est l'interview dont je parle ci dessus avec extraits de morceaux, la seconde est la vidéo live de BEAUTIFUL LIE ( version live ) que je m’écoute en boucle et que vous pouvez retrouver en version album sur le radio blog :)
la troisieme est l'excellent, bourrin mais tres melodique Capricorn.
ENJOY !!

Monsieur LETO, RESPECT !







Acheter les disques sur amazon :


site officiel : >>THIRTY SECONDS TO MARS<<

dimanche 2 avril 2006

FLYLEAF - BREATH TODAY + I'M SO SICK

Pour inaugurer le post de videos sur ce blog, j'ai découvert je sais pas comment ce groupe qui n'a pour le moment sorti qu'un seul LP et un album homonyme, mais comme j'aime beaucoup et que ca patate bien, bah voila. Enjoy !!





Acheter les disques sur amazon ( y coutent queud' en plus ! ) :


site officiel : >>FLYLEAF<<

samedi 1 avril 2006

ONE comes to mind, SIX t'existes pas

La vie est une succession d’évènements.

Des fois on a l'impression qu'il ne se passe rien. Qu'on attend, qu'on végète, mais de chaque moment de "vide", de chaque instant d'inaction physique nait une pensée qui nous fait aller de l'avant. Qui nous amène vers un futur "moi" ( ou "soi", ou ske vous voulez ).
Même si parfois on a l'impression de reculer, ce "recul", étant plus loin dans le temps que le moment qui le précède, est finalement a la fois un élan pour mieux sauter et une avancée en soit.

Après faut choisir ce qu'on fait avec ces réflexions, ces pensées, ces avancées.
Contrairement à beaucoup de gens qu'on appellera "vivants" ( les nons-vivants n'ayant que la possibilité de a/nourrir la terre qui les porte pour les athées, b/ d'attendre le jugement dernier ou la réincarnation ( que celle-ci soit volontaire ou nécessaire ) d’après les croyants ), je suis pas encore bien acclimaté au fait de faire autre chose que végéter dans ce monde de l'action.
Pourtant, à bientôt 30 ans, il serait vraiment temps de m'y mettre.
Mais non. Pour moi, une personne que je n'ai pas vu depuis 5 ans est toujours aussi présente à mon esprit qu'une personne que j'ai vu dans la journée. De même pour une musique ou un évènement, tout anodin soit-il, surtout si une notion de conscience ou de regret s'y attache.

Je vis ainsi dans une espèce de magma temporel ou le passé et le futur-supposé sont à la fois évidents et palpables, comme issus d'une logique qui se fait l'echo d'elle-même.
C'est sans doute pour cela que, tout en sachant que j'ai à porté de la main les pièces maitresses de mon évolution en tant qu'être de matière doué de conscience, je leur laisse le temps de venir m'influencer quand elles le désirent ( le truc étant que, bizarrement, ca tombe toujours pile poil au moment ou à la fois j'en ai besoin et j'y suis réceptif... même si peut-être qu'humainement, je ne remarque ces évènements que lorsque justement j'y suis réceptif, ce qui met toute ma théorie à plat et me fait retomber sur terre).

Tout ce charabia pour dire que ce soir, à minuit et demi après le désormais habituel combo Daily show-Colbert report, le dvd de ADAPTATION m'a dit : "Aller, il est temps".



Et force est de reconnaitre qu’après une nuit de concert glorieusement réjouissante ( des gens ! de la musique ! y'a un monde dehors ! ) suivie de 2 jours à mater des films divertissants aussi divers et variés que totalement vains ( tout en comattant en freinant un régime qui continue imparablement de me faire de jolis trou dans mon ventre de moins en moins rebondi.. oui ca fait pas mal de locutions pour une phrase ou je ne dis pas grand chose), et bien ça replace directement son homme dans une logique de processus-creatif-coup-de-boost.

Entre les thèmes abordés, leur traitement, leur mise en abime tant graphique que thématique, scénaristique, culturelle, émotionnelle, introspectionnelle , j'en passe et des meilleures, y'a à nouveau de quoi se dire : " bon aller, c'est reparti". Comme d'habitude, avec Charlie Kaufman on aborde du lourd. L'impression de regarder une rédaction faite par toute une école de philosophes en plus d'un an, addictive et captivante, tellement rafraichissante par son coté totalement imprévisible qu'elle en est jubilatoire, force au respect (ce qui est loin de ce que je fais pour mon premier machin, essayons déjà de faire un truc classique et bien foutu, on verra après ). Le genre d’œuvre qui pousse a compléter sa collection de l'auteur (et c'est le cas pour toutes ses œuvres, à celui-là).



Mais "puisque monde physique, fatigue".

A 03:17, j'espere fortement qu'en relisant cette bouillabaisse de lettres indigestes demain, je retrouverais la motivation qui anime tout être humain garni de "bonnes résolutions".
D'ou ce post, donc. C'est quand même formidable internet. On marque plein de conneries mais comme des gens les lisent, on doit s'y tenir.


Juste à noter avant de ZZzZzzz que le concert dont je faisais état quelque lignes plus haut était donc bien celui de Silent Drive, que c'était fantastique, que le chanteur était trop cool à s'occuper de la vente des tshirt et que j'ai pu parler avec lui les 3/4 de la soirée, que j'y ai rencontré plein de gens trop kiewl ( même si pour une affiche de 4 groupes dont celui sus-cité qui defonce bien, 50 personnes comme publique c'est un peu maigre, Big up à Julien de Drive Far qui rentre bientôt au Japon, et aux deux NYHC fans dont j'arrive pas à trouver le blog ).

Et oui, des fois, le monde c'est bien.
Même sans amour.

jeudi 23 mars 2006

Unfinished Page One



Click click for higher res.
Pleins de defauts, à refaire, mais au moins c fait.

jeudi 16 mars 2006

"I made a HUGE mistake"

C'est incroyable ske le fait de bosser peu booster le moral ^_^
Trois jours de croquis et de réécriture de scénar et Zou, un esprit boosté a bloc.


Et pour couronner le tout, ça a l'air d"être bien reparti sur dvdsoon, mes colis sont a nouveau en packaging et de plus les saisons de Arrested development (dont je viens de me refaire la première saison, sans doute la meilleure serie comique du monde avec Dharma et Greg ) sont a 24€ les deux frais de ports gratos, et la mini série de "V" a 8€ ports gratos aussi.
Autant dire que jme suis permis.

Grelin ( voir links ) a updaté son blog avec des vidéos de la dernière soirée de l'atelier 4.0 qui faisait une petite soirée dedicasse du coté des Gobelins. Maybe next time, j'irais avec eux, ca me ferra du bien de sortir un peu plus \o/

Ayé sinon, Charlie Jade c'est fini sur france 4. En attendant une édition Dvd ou une redif ( si possible dés que la version mutilingue sera dispo sur la chaine ), prions mes frères, et continuons de (re-)regarder la sainte Véronica Mars, le mercredi soir sur 13eme rue.


Et un pti coup de nostalgie sur la radio pour le fun, parceque j'aime bien.
Et un soupçon de Blast again.

jeudi 9 mars 2006

It's been a while

C'est chiant quand on a une baisse de régime, tout s'en ressent. On taffe plus, on a l'impression d'être tout le temps fatigué et de toute le temps être submergé de trucs qui existent pas.

Et puis aprés on prends du retard. Et on se dit : aller, encore un peu, je fais ça et après je m'y met. Et quand ca fait plusieures semaines que ca dure, faut quand même se poser des questions.

Bon, il est donc temps de commencer une cure de vitamines :D
En attendant, j'ai donc pris du retard sur mes reviews et j'ai pas posté depuis moult sur ce blog, voila qui est fait.

J'ai reçu le sample des gentils gens de TELEGENETIC, donc vous pouvez enfin en écouter un morceau ici même !! \o/
L'album est sur le point de sortir, donc vous pourrez bientôt écouter le meilleur morceau de la chanson en l'achetant ^__^

Sinon la diffusion de Veronica Mars ( c'est bon mangez-en ) vient de commencer sur france 2 si jdis pas de bêtises et Miss Black Widow vous en fait de très jolies reviews au cas ou quelque chose vous a échappé pendant la vision de l’épisode ( du genre de votre mère qui vous appelle au téléphone. un conseil mettez la au courant que c’est LE moment de la semaine ou faut pas vous déranger et en même temps, branchez le répondeur. Moi ca m'arrive tous les vendredi soir devant Yannick Dahan. C'est la SEULE émission que je regarde de la semaine, et ca fait deux mois que j'ai pas pu regarder tranquillement ce petit one man show de 20 minutes ! )

Mais ou c'est les reviews de Veronica Mars ?
Sur la LTE, pareil que les mienne dont le lien est a votre droite :)

C'est tout pour le moment, enjoy TELEGENETIC !
Just don't MEGAHURT yourself 'til next time :)

lundi 6 février 2006

And a Good day to you !

Et ben voila, c'est arrivé !
Grâce à un bien utile commentaire sur mon dernier post, j'ai maintenant ma place pour le concert de silent drive \o/ youhouu !

En espérant qu'il y aura aussi un concert de mesh bientôt ( on peut rêver ).
Et à ce sujet, le dernier album est UNE TUERIE SANS NOM ! Déja que le premier single sentait bon la bonne patate, amis la, chaque titre est ... je prefère rien dire. j'absorbe :D
Pour info le single Crash sera disponible vers le 24 du mois, quand à l'album, il faudra attendre le 31 mars. C'est un peu loin mais comme d'habitude ca vaut vraiment le coup. Je pense pas m'avancer en affirmant que c'est pas loin d'être le meilleur album du groupe.

Enfin, en me baladant sur Pandora.com, une espèce de winmap customisable en flash qui vous passe des trucs que vous aimez sans encore les connaitre ( vous verrez, c'est tres simple, faut juste habiter aux states ou à defaut en connaitre un peu les codes postaux ( hint : pour NY ca va de 10001 à 100xx )), je suis tombé sur un groupe qui débute et qui s'appelle TELEGENETIC. J'aime beaucoup ce qu'il font, et dés accord du groupe, je mettrais un de leurs track dans le radioblog. Ils sont sur le point de sortir leur premier mini Ep, donc hésitez pas à aller faire un tour sur leur site.

Il me reste à vous souhaiter une bonne journée et à vous rappeler que de nouveaux articles de Charlie Jade sont dispo sur la LTE. Voili voilou.



Erf, ca fait vachement newsletter comme post, kesske c'est nâââââze !!
Heureusement, KATAMARI est la pour remonter le moral !

dimanche 22 janvier 2006

Old and new sounds

Une ptite update pour le radioblog avant d'aller me coucher.
Ca m'arrive souvent d'accrocher à UNE chanson et de me la passer en boucle jusqu'à pas d'heure.

Comme je l'ai marqué tout a l'heure, j'ai donc essayé aujourd'hui de travailler ( ca a bien avancé, merci )sur du Soilwork, un groupe que je viens de découvrir ( des fois on a des trucs on sait pas pourquoi mais on est bien content de les avoir quand on réalise ske c'est ).
Et donc, j'ai essayé de bosser sur leur dernier album qui s'intitule "Stabbing the drama", mais j'ai réalisé trés vite qu'à mon habitude donc, UN titre me restait dans la tête quand les autres passaient. Et je suis passé de "le mettre deux-trois-quatre fois de suite" à finalement le laisser tout seul tourner en boucle.
La faute d'abord a la patate qui s'en dégage et à la beauté du refrain ( de 1:25 à 1:50 pour le premier, je sais qui ont mal a la tête avec ce genre de ziq ;) ), mais aussi à deux petites notes. Deux petites notes qui faisaient écho dans ma tête a une double nostalgie. J'ai pendant une petite heure essayer de retrouver à quoi me faisaient penser ces deux notes. Et après un bon moment de lutte acharnée ( j'abandonne jamais sinon, jdeviens fou ), j'ai retrouvé les deux morceaux qui faisaient echo dans ma tête. le premier faisait partie d'un programme de sampler sur atari ST sur lequel j'ai passé ( et j'imagine ne pas être le seul vu ce que j'ai trouvé sur le net cet aprés-midi en faisant un pti break rapide ) des heures entières a appuyer sur les F1 à F10 pour me repasser en boucles les samples.
Grâce à Altavista et a Google, les deux mamelles de recherche de chanson quand on se rappelle juste qu'un bout de phrase, j'ai enfin remis la main sur l'originale : Don't make me wait de Bomb the bass ( et j'ai accessoirement découvert que certains sites offrent de la ziq a télécharger pour a peine 20cts le track ! Oui, même le dernier Madonna). La chanson entière n'a pas l'aura du sample tronqué de l'époque, mais c'est quand même un bon paquet de souvenirs en ce qui me concerne.
Et la seconde chanson qui me faisait écho, c'est du vieux truc aussi, du bon 90s des familles, "Generation XTC" de EAST 17. Le nom seul de ce groupe évoque sans doute parmis les plus vieux d'entre vous des frissons de beat qui patatent.

Voila, ces 3 chansons, a écouter maintenant, ici, tout de suite.
Elles ont pas l'air d'avoir de similitudes à première vue ( surtout que c'ets dur de "voir" des chansons sans les écouter ), deux d'entre elles sont même d'un cheezy affirmé, mais le mélomanne avisé reconnaîtra ces deux notes dans chacune d'entre elles, et aura eventuellement un grasp du pourquoi Stabbing the drama tourne encore a cette heure sur mon Winamp.

Et puis laissez des messages si le cœur vous en dit, je sais que vous passez, y'a un compteur sur le blog depuis 3 jours :D