jeudi 21 octobre 2010

DEPECHE MODE fait le tour de l'univers en Blu-Ray

Après la commercialisation des concerts One night in Paris et Touring the Angel (Milan), Depeche Mode s’apprête cette fois à nous faire découvrir la double performance donnée à Barcelone lors du Tour of the Universe.





Trois éditions sont prévues pour le 8 novembre prochain :
_une édition "standard" comprenant 2 CDs et un DVD
_une édition "deluxe" comprenant 2CDs et 2 DVDs
_une édition Blu-ray

Je pense pour ma part me rabattre dans un premier temps sur cette dernière avant de considérer l'édition Deluxe. Me connaissant, cette dernière devrait rapidement apsser à la casserole aussi puisque j'avais déjà fait l'acquisition du Deluxe Box Set de Sounds of the universe par deux fois, histoire de le revendre un jour (mais j'ai fini par la garder). Inutile de vanter ici les qualités du groupe en live ou celles de l'image des concerts du groupe, toujours impressionnante.

Si vous vous demandez pourquoi je fais cette note aujourd'hui alors que la commercialisation du concert est annoncée depuis plusieurs mois, sachez qu'un concours est lancé depuis hier, concours dans lequel il suffit d'envoyer un Twit de la page de news du site officiel du groupe pour faire la promo de la video teaser ci-dessous. A gagner : un set de 14 cartes postales (celles initialement présentes dans le box Deluxe de l'album). Et vous ferez une bonne action puisque tout le monde mérite de la voir ! (5 minutes de bonheur).



Au passage et selon mon habitude, j'ai précommandé le Blu-Ray du concert sur Amazon.co.uk, qui vend la chose 17£ (20.56£ avec les fdp, soit 23,20€) contre 35€ en France (fdp gratos par contre). Encore une fois, allez comprendre...

SKINS US : bande annonce

Il y a deux grandes manières d'aborder un "remake".

Premier choix : on creuse le matériel original, on puise dans l'essence des personnages et des thématiques pour les relocaliser, les rendre crédibles. Bref, faire du "remake" une œuvre qui, sans trahir son modèle, le renouvelle, lui apporte une approche fraîche et percutante.
Second choix : celui du portage pur et dur, au plan près. Garder plus ou moins les mêmes noms, les mêmes fonctions iconiques des protagonistes, les mêmes réactions, le même déroulement de l'intrigue. Bref, un calque au sein duquel le moindre écart ressemblerait à une faute, à une trahison.


Vraisemblablement, c'est vers cette seconde optique qu'on choisi de tendre les petits gars de MTV pour l'adaptation américaine de la série teen acide Skins, du moins pour le pilote, dont on retrouve ici toutes les scènes (on nous promet beaucoup d'original et une saison 2 qui n'aura rien à voir). Fatalement, l'approche amène la comparaison avec l'original et pour le moment, c'est loin d'être flatteur. Au delà de la question la plus évidente (quel intérêt de regarder à nouveau la même histoire ?) et de l'autre, navrante (pourquoi un remake américain alors que la série originale est déjà en anglais ? Ah, chauvinisme, quand tu nous tiens...), force est de constater que les acteurs ressemblent pour la plupart à des bœufs tirés d'un unique moule hamburger. Aucune étincelle dans le regard, des répliques lâchées avec une mollesse à faire baver d'envie un morceau de guimauve (Michelle/Nancy a l'air quelconque, Syd/Stan n'évoque rien et surtout Tony, le charismatique Tony, a l'air d'une veau)... Brrr.

Seules "audaces" et maigres notes d'espoir, un petit bouleversement ethnique puisque Jal (la black mélomane) semble remplacée par une asiatique (une plongée dans l'histoire de sa famille serait une très bonne idée) tandis que la craquante et attachante blondinette anorexique Cassie voit sa partition confiée à une "african-american" à la palette dramatique aussi squelettique que son apparence. Deux changements qui confirment, en tous cas sensiblement, la volonté des créateurs de s'émanciper et de proposer autre chose qu'une copie carbone, à l'image de ce qui a été fait sur The Office US (dont le pilote est quasi identique à celui de la série anglaise). Gageons également que c'est cette voie que prendrons les capitaines de la transposition de Being Humain, dont les premières images ont elles aussi une sale gueule et feront hurler n'importe quel amateur.



Quoiqu'il en soit, je reste pour l'instant très sceptique quand à la validité de la chose, car même dirigé par le co-createur du show initial Bryan Elsley, ça reste un produit MTV (certains auront déjà remarqué le remplacement de Maxie par une cheerleader lesbienne, plus racoleuse. Nous verrons bien. Et dire que la chaîne était à une époque synonyme d'avant-garde et de créativité...). Seules véritables consolations : et d'une ça n'a au moins pas l'air d'un 90210, et de deux : personne ne me forcera à regarder ce truc, d'autant qu'une troisième génération du show se profile en Angleterre. Prions simplement pour que, malgré les apparences, elle soit aussi séduisante que ses aînées ! (Et de trois, le film tiré de la version UK verra défiler des personnages des trois générations).

Le casting de la saison 5 anglaise (3eme génération)

EDIT ::
Forcement, Avec un montage plus speed, des séquences inédites et un bon 8-bit beat, ça a tout de suite plus de gueule !

Daft Punk dans Tron : le glow poster

Oui, vous avez raison, ça commence un peu à tourner à l'obsession cette attente de Tron Legacy. des fois, monter le buzz sur un peu n'importe quoi, cela en devient ridicule. Mais bon, que voulez-vous : on est fan ou on ne l'est pas.

Et parce que bon, voici enfin le GIF du poster dévoilant les costumes des DAFT PUNK dans le film. Comment ça vous les aviez déjà vu ? (oui, moi aussi, mais bon, en GIF, c'est toujours plus rigolo).

Simpsons + Twilight + Dr House = Treehouse of horror XXI !

Tous les ans pour halloween, la série animée de la Fox Les Simpson nous régale avec un épisode spécial intitulé Treehouse of horror. Dans la grande tradition des films horrifiques à sketches de type Creepshow, Tales of the Darkside ou La 4eme dimension, les segments de ces épisodes prennent un malin plaisir à parodier tout ce qui passe à grand renforts de références et de vannes débiles. Vous me direz "comme dans les épisodes normaux donc" et je vous répondrais "Non". Parce que là c'est thématique et encore plus barré et sanglant puisqu'il n'y a pas de limites ! Tout le monde peut crever sans que cela n'ai aucune incidence sur la série. Ainsi Tron, Shining, Snoopy, Le blob, Frankenstein, Straship troopers et consorts, tous sont passés à la moulinette de façon mémorable.





S'il sera diffusé en retard cette année (la Fox l'a programmé pour le 7 novembre), l'épisode cuvée 2010 (le 21ème du genre) remettra les vampires à l'honneur avec une parodie de Twilight (Mr Burns avait déjà capé Dracula) et bénéficiera en guest des voix de Daniel -Harry Potter- Radcliff et Hugh -Dr House- Laurie. Bref, encore une vingtaine de minutes indispensables, comme vous pouvez en juger avec la bande annonce ci-dessous.

Nic Cage va te peter ta gueule !

Mash-up : Prendre deux éléments d'un même médium (généralement de la musique) et les mixer pour en obtenir un troisième.

Dans la famille cinoche, je voudrais le mash-up de The Crow et de la série Supernatural.
Le résultat : Drive Angry, nouveau péloche du réal Patrick Lussier (Dracula 2000 et ses 2 suites, Prophecy 3, et My Bloody Valentine, bref : que de la série B décomplexée, ma préférence allant à White Noise 2 avec Nathan -Firefly- Fillion et Katee -Starbuck- Sackhoff).


 Dans Drive Angry, on retrouve Nicolas Cage avec de nouveaux cheveux dans la peau de Milton, un badass échappé tout droit des enfers. Son but : Péter la rondelle des ptis cons qui ont tué sa fille et décidé de sacrifier sa petite-fille encore bébé dans trois jours à la pleine lune.


Cuir, essence et grosses flammes donc, pour un road flick super véner qui sent bon le gasoil et le redneck puisque tout se passe sur les routes crasseuses du pays de l'oncle Sam.


 Cerise sur le gâteau, on retrouve également au casting Amber Heard (que tous les garçons aiment dans Mandy Lane), et au cul de Nicolas Cage le percutant William -Prison Break- Fichtner (avec la coiffure de Conan O'Brian), troquant ici son costume d'agent du FBI pour celui, relativement similaire, de faucheur bien burné et décidé à ramener tonton Cage dans son trou fumant et incandescent.
Et pour couronner le tout, les explosions dévastatrices, les portes qui volent et les dérapages contrôlés ont étés filmés en 3D.


A l'heure où Mark Wahlberg est envisagé pour reprendre le rôle de Brandon Lee dans un éventuel remake de The Crow, il fallait au moins la bande annonce jouissive de cette boursouflure déviante pour me redonner la patate. Et avec, je vais faire des chips. Goût barbecue.

mercredi 20 octobre 2010

Pegg et Frost aident Paul

Pour leur première collaboration sans Edgar Wright (qui a pour le coup profité adapter le comic book Scott Pilgrim au ciné), Simon Pegg et Nick Frost (Shaun of the Dead, Hot Fuzz, Spaced) ont décidé d'aller faire un tour aux States pour jouer les geeks et aider un extraterrestre s'étant crashé sur notre planète.


Ça s'appelle Paul, c'est le nouveau film de Greg Mottola (Adventureland, Supergrave, Undeclared) et on y retrouve aussi pèle-mêle : Sigourney Weaver, Kristen Wiig, Jane Lynch, Jeffrey Tambor, Jason Bateman ou encore Bill Hader. Seul soucis : ça sort dans longtemps (fin mars aux US, mi-avril en Allemagne et D.ieu seul sait chez nous).

Shameless : la bande annnonce du remake

Ouf ! Le remake américain de l'excellente série anglaise Shameless arrivera finalement aux US en janvier 2011. C'est pas trop tôt, d'autant qu'en Angleterre le show original de Paul Abbott (State of Play - jeux de pouvoir, Cracker, La part du diable...) est en route pour une huitième saison. Sil 'intrigue est cette fois déplacée de la banlieue pauvre de Manchester à celle de Chicago, cette adaptation se penchera à nouveau sur la vie de Frank Gallagher, un alcoolique et glandeur, et celle de ses nombreux marmots alors que l'épouse et mère du clan s'est fait la malle pour vivre avec son amant.


Vu le ton et le sujet de l’œuvre, on se demande comment la chose n'est pas arrivée plus tôt sur les écrans : d'une part, on retrouve les considérations sociales si chères aux chaînes du câble (lutte des classes, pauvreté, insécurité sociale....). A noter que le producteur du remake John Wells (Urgences, Southland, une grosse partie d'A la maison blanche) avait d'ailleurs initialement fait affaire avec HBO avant que le projet n’atterrisse chez la concurrence en 2009.
D'autre part, impossible de passer outre le ton satirique de l'ensemble puisque le show est un véritable vivier de situations cocasses et de personnages attachants, toujours à l’affût de solutions faciles pour résoudre les nombreux problèmes qu'ils rencontrent.

Côté casting, William H. Macy (Fargo, The cooler, Edmond, Urgences...) se chargera d'incarner le fameux paternel tandis qu'Emmy Rossum (Mystic River, Poseidon, le fantôme de l'opéra) campera la fille aînée Fiona, véritable mère de substitution du troupeau. A noter qu'elle retrouvera ici son partenaire de Dragon ball evolution Justin Chatwin, qui s'il a fait ce qu'il pouvait dans l’adaptation désastreuse du manga de Toriyama, semble plutôt bien à sa place en stand-in de James McAvoy.
Bref, j'ai vraiment hâte de juger sur pièce à la rentrée prochaine, d'autant que la bande annonce ci-dessous est très prometteuse.




Pour référence : l'intro de la série originale.

mardi 19 octobre 2010

Misfits saison 2 : la bande annonce !!

Diffusée hier soir outre manche, la bande annonce de la seconde saison de Misfits annonce enfin le grand retour de la sitcom anglaise la plus déjantée du moment pour le mois de novembre.

Durant sa première saison, cette série à mi-chemin entre Skins et -insérer le nom de votre série de super-héros préférée, de Heroes à No Heroics en passant par Superminds / Misftits of science dont Misfits n'est absolument pas le remake- mettait en scène un groupe de cinq jeunes délinquants aux caractères bien trempés. Réunis afin d'effectuer des travaux d’intérêt public et d'un coup dotés de super pouvoirs par un nuage ultra nocif, ces attachants lascars made in UK nous plongeaient dans un quotidien de banlieue supra-naturel, chacun essayant tant bien que mal de continuer à mener une existence "normale" tout en devenant invisible, en lisant les esprits de passants pervers ou condescendants ou en remontant le temps à loisir.


Impeccablement mise en scène et interprétée avec fougue, Misfits a réussi l'exploit de devenir un objet de culte un peu partout dans le monde en l'espace d'à peine 6 épisodes. Et pour cause : le show phénomène parle brillamment à l'ado révolté qui sommeille (ou pas) en nous, tout en évitant consciencieusement les lourds clichés liés à l'exercice (ou les retournant pour mieux les déflorer). Y'a pas, le producteur et scénariste Howard Overman (également scénariste sur Merlin) a tapé dans le mille avec sa première série.

Bref, c'est dire si j'attends avec une impatience non dissimulée cette nouvelle fournée de 6 épisodes qui semblera une nouvelle fois bien top courte. D'ici là, la bande-annonce ci-dessous risque de tourner en boucle pendant un bon moment.
Attention toutefois, si vous n'avez pas vu la première saison du show, commencez plutôt par là vu que le montage la résume, et est donc bourré de spoilers.