jeudi 21 octobre 2010

SKINS US : bande annonce

Il y a deux grandes manières d'aborder un "remake".

Premier choix : on creuse le matériel original, on puise dans l'essence des personnages et des thématiques pour les relocaliser, les rendre crédibles. Bref, faire du "remake" une œuvre qui, sans trahir son modèle, le renouvelle, lui apporte une approche fraîche et percutante.
Second choix : celui du portage pur et dur, au plan près. Garder plus ou moins les mêmes noms, les mêmes fonctions iconiques des protagonistes, les mêmes réactions, le même déroulement de l'intrigue. Bref, un calque au sein duquel le moindre écart ressemblerait à une faute, à une trahison.


Vraisemblablement, c'est vers cette seconde optique qu'on choisi de tendre les petits gars de MTV pour l'adaptation américaine de la série teen acide Skins, du moins pour le pilote, dont on retrouve ici toutes les scènes (on nous promet beaucoup d'original et une saison 2 qui n'aura rien à voir). Fatalement, l'approche amène la comparaison avec l'original et pour le moment, c'est loin d'être flatteur. Au delà de la question la plus évidente (quel intérêt de regarder à nouveau la même histoire ?) et de l'autre, navrante (pourquoi un remake américain alors que la série originale est déjà en anglais ? Ah, chauvinisme, quand tu nous tiens...), force est de constater que les acteurs ressemblent pour la plupart à des bœufs tirés d'un unique moule hamburger. Aucune étincelle dans le regard, des répliques lâchées avec une mollesse à faire baver d'envie un morceau de guimauve (Michelle/Nancy a l'air quelconque, Syd/Stan n'évoque rien et surtout Tony, le charismatique Tony, a l'air d'une veau)... Brrr.

Seules "audaces" et maigres notes d'espoir, un petit bouleversement ethnique puisque Jal (la black mélomane) semble remplacée par une asiatique (une plongée dans l'histoire de sa famille serait une très bonne idée) tandis que la craquante et attachante blondinette anorexique Cassie voit sa partition confiée à une "african-american" à la palette dramatique aussi squelettique que son apparence. Deux changements qui confirment, en tous cas sensiblement, la volonté des créateurs de s'émanciper et de proposer autre chose qu'une copie carbone, à l'image de ce qui a été fait sur The Office US (dont le pilote est quasi identique à celui de la série anglaise). Gageons également que c'est cette voie que prendrons les capitaines de la transposition de Being Humain, dont les premières images ont elles aussi une sale gueule et feront hurler n'importe quel amateur.



Quoiqu'il en soit, je reste pour l'instant très sceptique quand à la validité de la chose, car même dirigé par le co-createur du show initial Bryan Elsley, ça reste un produit MTV (certains auront déjà remarqué le remplacement de Maxie par une cheerleader lesbienne, plus racoleuse. Nous verrons bien. Et dire que la chaîne était à une époque synonyme d'avant-garde et de créativité...). Seules véritables consolations : et d'une ça n'a au moins pas l'air d'un 90210, et de deux : personne ne me forcera à regarder ce truc, d'autant qu'une troisième génération du show se profile en Angleterre. Prions simplement pour que, malgré les apparences, elle soit aussi séduisante que ses aînées ! (Et de trois, le film tiré de la version UK verra défiler des personnages des trois générations).

Le casting de la saison 5 anglaise (3eme génération)

EDIT ::
Forcement, Avec un montage plus speed, des séquences inédites et un bon 8-bit beat, ça a tout de suite plus de gueule !

Aucun commentaire: