mercredi 27 octobre 2010

Interview Leinil Francis Yu - Première partie.

Comme je l'avais déjà dit ici, j'aime beaucoup le travail du comic book artist Leinil Yu. Si j’espérais à l'époque passer humblement quelques courtes minutes avec lui durant la Japan Expo/le Comic Con parisien de juillet, j'ai en fait eut l'occasion de l'interviewer longuement en tête à tête (merci aux organisateur ainsi qu'à mon rédac-chef chez Geek le mag).

Scénarisé par Mark Millar (Wanted, Kick Ass...) et sorti il y a peu aux US, son nouveau comic book Superior était alors de toutes les discussions. A l'inverse, j'ai préféré pour ma part revenir un peu sur sa carrière, les sources de sa passion pour les comics books et sur ses désirs en tant que dessinateur. C'est ce que je vous propose de découvrir ici dans la première partie de notre entretien, tandis qu'une seconde partie de l'interview (que je mettrais en ligne un peu plus tard dans la semaine) se penchera plus en détail sur certains fruits de sa carrière.

Que pensez vous de la version française du Comic Con ?
Cela ressemble assez à la version américaine. C'est déjà plus grand que certaines conventions auxquelles j'ai participé. C'est impressionnant. Malheureusement, ce n'est pas entièrement consacré au Comics books (Rires)

Vous rappelez-vous de la premières fois que vous vous êtes dit « c'est ce que je veux faire de ma vie » ?
Oui tout à fait. En fait c'est arrivé deux fois. La première fois, j'étais en 5th Grade (l'équivalent du CM2). Ma mère m'avait acheté le livre How to draw comics the Marvel Way et je me suis dit : « C'est fantastique ! C'est ce que je veux faire. » C'est à cette époque que le premier film de Batman est sorti. J'étais vraiment passionné par le sujet. Puis, cela a fini par me passer avec le temps. Plus tard, alors que j'étais au collège, Whilce Portacio est venu à Manille aux Philipinnes, et a apporté avec lui ses comics de X-men. Cela a ravivé ma passion pour les comics. Et c'est à ce moment que j'ai décidé d'en faire mon métier. Le fait qu'il soit venu aux Philippines et qu'il nous prouve qu'il était possible d'en vivre.

Vous avez un style très particulier. Comment le définiriez-vous ?
En fait, c'est simplement une copie du style de Travis Charest (Rires). Cela ressort différemment, mais c'est parti de l'envie de dessiner comme lui. Ce qu'il fait est extraordinaire. 

Qu'est-ce que cela vous a fait d'être élu artiste de l'année par Wizard en 2008 ?
Je l'ai été ? (Rires ?) C'est la première fois que j'en entends parler.. quoique non attendez .. oui, exact.. j'ai gagné ? Oui c'était un honneur, d'être reconnu pour mon travail par une si grande institution. Je crois que je m'en rappelle.


Je crois avoir lu que vous avez également travaillé pour le cinéma et la télévision ?
Oui, j'ai travailler pour Joss Whedon sur Serenity et j'ai aussi fait quelques designs pour Zoom (un film de super héros avec Tim Allen, NDLR) et Mimzy, mais je ne suis pas sûr qu'ils aient servi à quelque chose. J'ai essayé de participer à l'élaboration de 2012, mais je crois que ce que j'ai fait n'a pas été retenu (Rires). Mais j'essaye. Et j'essaye de travailler pour différents projets tout en restant hors de vue des projecteurs.

Cette expérience vous a-t-elle appris certaines choses sur votre métier ?
Oui, cela m'a fait réaliser à quel point l'univers des comics books est extraordinaire. Le monde du cinéma est beaucoup plus contraignant car il faut souvent effectuer beaucoup de rectifications. Ne serait-que la masse de dessins à envoyer est phénoménale. Et ils en veulent toujours plus, c'est vraiment difficile. Alors que dans le monde des comics, le dessinateurs a généralement le dernier mot quand il s'agit du dessin. L'éditeur me soutient et est très réceptif à mon travail. C'est plus facile de faire du comics, et puis je suis un gros poisson dans ce monde là, alors que dans celui des films vous n'êtes jamais qu'un petit morceau d'un énorme rouage, presque insignifiant.


Dans vos derniers ouvrages, on retrouve beaucoup d'images complexes, proposant des scènes de combat mettant en scène un très grand nombre de personnages à la fois. C'est quelque chose que vous aimez faire ?
Oui, c'est vrai, mais je crois que c'est simplement une histoire de circonstances. J'ai toujours été efficace quand il s'agit de rentre mon travail à l'heure et les éditeurs ont tendance à assigner des équipes entières de héros aux dessinateurs qui travaillent vite. C'est pas vraiment quelque chose que j'ai choisi mais c'est là ou l'on m'a mis, où j'ai atterri. Si j'avais eut le choix, je me serais sans doute contenté de ne suivre qu'un seul personnage.

Y'en a-t-il un ne particulier que vous aimez dessiner et que vous voudriez suivre ?
Je ne suis toujours pas lassé de Wolverine. J'aime bien dessiner Hulk, les personnages des X-Men... J'aime bien les histoires qui ne traitent que d'un personnage. J'aime aussi Captain America...


J'ai lu sur votre page Deviant Art que votre femme trouve que vos personnages féminins ne le sont pas assez...
(Rires) Oui, elle est ma critique la plus acerbe. Il est vrai que j'ai toujours passé mon temps à dessiner Wolverine, dessiner des personnages masculins, et il faut passer du temps sur quelque chose pour être bon. Je n'ai jamais passé tant de temps que cela à dessiner des femmes. Pour que je sois bon, il faudrait que par exemple, je dessine Wonder Woman pendant au moins une année entière. Je pense que je me suis beaucoup amélioré par rapport à mes débuts, mais je crois que je peux encore m'améliorer, les rendre plus douces, plus sexy. Je m’entraîne à dessiner à partir de photos, et peut-être que dans un an ou deux je pourrais dessiner un livre avec une femme comme personnage principal.

C'est quelque chose que vous visez dans l'avenir ?
Tout à fait. Ce serait un challenge pour moi et comme ca, je pourrais attirer un public féminin. (Rires) Non je rigole, mais cela me permettrais d'aller au delà de cette frustration personnelle. Je veux au final arriver à bien dessiner les femmes.

Perso, et même si je les trouve un peu rigides ou carrées, je les aime bien moi, ses femmes. 
Ok, d'accord, il est vrai que j'aime bien les femmes fortes à la Jessica Biel d'une manière générale.

[fin de la première partie]
.

Aucun commentaire: