lundi 19 juillet 2010

Bal d'araignées aux bords de Seine

Non, contrairement aux apparences, ce post n'est pas une recette de cuisine pour vous apprendre à faire une soupe d'arachnides au jus de Seinoise. je vais plutôt vous parler de l'étrange rencontre que j'ai fait ce soir.

Habitant à Ivry sur Seine, il me prend autant de temps (sinon plus) d'aller de chez moi au complexe Ciné Cité UGC de Bercy en metro qu'à pied. Etant donné qu'un peu de sport ne fait pas de mal, sans compter qu'il est assez agréable d'écouter ses mp3s aux bords de seine, c'est donc en usant mes godasses que j'y vais à chaque fois que l'occasion s'en présente.
 Ce soir, j'étais invité (comme tout un paquet d'autre gens) à une projection organisée dans le cadre du label des spectateurs UGC. Autant vous avouer ma lâcheté tout de suite : Grand Prix du festival de Cannes ou pas, je n'ai pas eut le courage de me farcir Des hommes et des Dieux de Xavier Beauvois, une page d'histoire relatant le cas de conscience de huit moine dans une Algérie en proie à l'intégrisme religieux dans les années quatre-vingt-dix et tournée comme un doc de FR3 à la fin des années 80. Oui, au bout de quelques minutes, j'ai préféré fuir et me vider le cerveau devant Predators. Une merde certes, mais avec des effets spéciaux. Que voulez-vous, il y a des soirs où l'on a pas le courage (et pourtant, j'ai beaucoup de respect pour Michael Lonsdale et Lambert Wilson).

Pourtant, j'ai tout de même eut droit à un spectacle assez incroyable.

En allant au cinéma, je remarquais sur la rambarde me séparant de la Seine une quantité incalculable de toiles d'araignées. Endommagées, filées mais bien présentes, chacune étant séparée de sa consœur d'à peine quelques centimètres. Cette constatation m'a semblé étrange, car aucune araignée ne semblait errer dans les parages.
Quelle ne fut donc pas ma surprise au retour de voir toutes ces constructions de soie occupées par leurs architectes. Plus d'une cinquantaine d'arthropodes visibles, sans doute bien plus en réalité, toutes occupées à rapiécer leur ouvrage en espérant attraper le petit moucheron égaré, le petit moustique distrait qui trainerait dans les parages. N'ayant sous la main que mon téléphone portable (ceux qui me connaissent excuseront sans doute la qualité des photos en se rappellant l'aversion que j'ai pour ces machines du diable et en se rappelant par là-même l'âge du mien), je n'ai pu m'empêcher d'en capturer quelques unes par pixel interposé. Nul doute que si j'y retourne, je n'oublierais pas d’embarquer un matériel plus efficace et permettant la prise de plus de 3 photos (j'étais full).

"Oui, on marche sur les plafonds de Paris. Ça vous pose un problème ?"

Toujours est-il que si vous avez envie de vous faire une collection, ou si votre but est de vous faire piquer par toutes les araignées existantes pour voir si vous hériteriez de super-pouvoirs (JE DECONNE, n'allez PAS vous faire piquer, malheureux !! Les allergies ne sont pas considérées comme des super-pouvoirs !), c'est le bon endroit où chiner. A défaut d'être rassasié en émotions fortes par le cinéma ce soir, mon appétit a été comblé par les surprises de la nature. C'est tout de même bien agréable.

"D'abord Ivry, ensuite le monde !"

Chose qui ne gâte rien, en rentrant, j'ai reçu un mail de validation pour mon inscription à la béta de Final Fantasy XIV. On verra si j'aurais le temps d'y jouer. Ceux qui sont intéressés peuvent tenter s'inscrire ici. Avec un peu de chance, ils pourront eux aussi participer.

Aucun commentaire: